À travers son regard…

Par défaut
12122830_10153240254438037_5347772243531751039_n

Moi croqué à la va-vite par mon talentueux Chouchou 🙂 

 

Je suis tombée sur ce petit questionnaire destiné aux couples. Chouchou a accepté de se prêter au jeu. On a bien ri et c’était drôle et attendrissant de l’entendre me décrire à travers ses réponses brèves et incisives. 

La phrase (le mot) que je prononce le plus souvent?

Yako (ndlr: expression typiquement ivoirienne signifiant «je compatis»)
La chose qui me met de bonne humeur?

Parler
La chose qui me rend  triste?

Ne pas parler (ndlr: LOL)

Mon âge?
31

Ma taille?

Plus petite que moi c’est tout ce qui importe (ndlr:mouais…de quoi, 2-3 cm? Pfff pas de quoi chipoter)

Mon activité favorite?

J’ai pas déjà répondu à cette question? Parler…

Ce que je fais quand tu n’es pas là?

Lire, faire du bricolage

Ce qui me rendra célèbre?

Ton écriture

Ce qui te rend fier de moi?

Tes talents d’écrivain (ndlr: Rooo!)

Mon plat préféré?

L’alloco

Mon restaurant préféré?

PF Chang’s (ndlr: j’aime bien ce restaurant mais ce n’est pas mon préféré non plus. En fait j’en ai pas maintenant que j’y pense)

Mon endroit préféré?

Dans mes bras

Si J’avais la possibilité d’aller n’importe où, quelle serait ma destination?

Zanzibar

Pourrais-tu vivre sans moi?

– Bah tant que j’ai ma PS4 hein..ms en fait non, je ne pourrais pas, tu vas me manquer quand même.

Mon habitude la plus ennuyante à tes yeux?

Tu parles trop parfois!
Ce que tu aimes le plus à propos de moi?

Ta gentillesse, ton bon coeur.

Bon bah, pour résumer je suis une femme douée pour l’écriture, gentille, qui parle beaucoup et qui aime lire et faire du bricolage. 🙂 

Le White privilege et le racisme/la discrimination systémique: leur impact sur les inégalités économiques

Par défaut

Le samedi 28 novembre 2015, pour la toute première fois de ma vie, j’ai eu la chance de participer à une conférence organisée par le Forum Économique International des Noirs qui vait pour thème « Accélérer la création de richesse chez les Noirs » En tant que paneliste. Ce fût un énorme plaisir de rencontrer des gens tous plus intéressants les uns que les autres, des personnes qui partagent ma vision des choses et qui sont plus que motivés pour qu’un changement s’opère au sein de notre communauté.

Voici donc ma présentation et n’hésitez pas à suivre la page Facebook du Forum! On vous réserve bien d’autres activités et conférences stimulantes.

1. Le White Privilege

a) Définition

Ce sont les avantages, faveurs et commodités auxquels ont droit la population Blanche (uniquement sur la base de leur couleur de peau) au détriment du reste de la population. Il est important de noter que non seulement c’est un élément du racisme/de la discrimination systémique mais que c’est également un concept insidieux puisqu’il se fait parfois moins évident que le racisme ordinaire. Il se manifeste au quotidien à trois niveaux: personnel, individuel et institutionnel.

b) Les manifestations du “White Privilege” dans notre quotidien

– Au niveau individuel
• Faire attention à sa manière de s’habiller, de se coiffer et de se comporter afin de ne pas faire mauvaise impression. Je porte mes cheveux à l’état naturel depuis une dizaine d’années et, je passais souvent pour une révolutionnaire qui haïssait les Blancs.
• Se faire suivre dans les magasins ou au contraire ne pas recevoir le service auquel nous avons droit en tant que client.

– Au niveau culturel
• L’appropriation culturelle ou le fait de s’approprier et d’utiliser nos codes culturels sans nous en attribuer les mérites.
• Le parcours de combattant que nous, femmes de couleur, devons effectuer afin de trouver la bonne couleur de fond de teint à la pharmacie du coin, ou des collants de couleur “chair” d’une autre couleur que beige.

– Au niveau institutionnel
• L’impossibilité pour les étudiants étrangers du Québec d’accéder à certains programmes universitaires (le Droit par exemple)
• L’impossibilité pour de nouveaux immigrants pourtant expérimentés d’exercer dans leur domaine parce que leur diplôme n’est pas reconnu au Québec.

image

Comme je l’indiquais plus haut, le White Privilege est insidieux dans le sens où en bénéficier ne signifie pas nécéssairement être raciste. De plus, bien souvent, les Blancs eux-mêmes n’ont pas conscience de ce privilège qui est le leur ou refusent de le reconnaître. Notons également le fait que ses victimes y sont plus ou moins habitués et préfèrent parfois l’ignorer.

En fait, si vous devez retenir une seule chose sur le “White Privilege” ce serait qu’il s’agit d’une organisation de la société qui favorise la tranche de la population qui ressemble à ceux qui détiennent le pouvoir.

image
2. La discrimination systémique

a) Définition

Ensemble de règles, lois et normes menant à la répartition inégale des ressources politiques et économiques. Il faut également la différencier du racisme ordinaire puisqu’il s’agit d’un système régi par des politiques, pratiques et procédures qui renforcent les avantages et privilèges accordés à une portion de la population. (cf. White Privilege)

b) Quelques exemples de discrimination systémique au quotidien

– Délit de faciès/ profilage racial
– Politique de diversité à l’embauche: discrimination “positive”
– Accès au logement difficile dans certains quartiers de la ville
– Lois sur l’immigration
• Coût, exigences
• Non-reconnaissance des diplômes obtenus à l’extérieur du Québec
– Disparités menant à la pauvreté et rendant problématique l’accès à une éducation de qualité, à des soins de santé adéquats etc.
– Discours racistes et renforcements des stéréotypes négatifs dans les médias.

image
Il est important de signaler que le racisme systémique survit grâce aux inégalités et débalancements qu’il crée au sein de la société.

3. Impacts du White Privilege et de la discrimination systémique sur les inégalités économiques

Le racisme EST un système économique. Il nous suffit de remonter dans le temps et d’observer ses différentes expressions dans l’histoire pour le constater.


– L’esclavage
est l’exploitation de l’homme par l’homme à des fins mercantiles et par profit économique. De plus, l’esclave est un bien meuble et une monnaie d’échange pour l’esclavagiste.
La colonisation/ l’impérialisme est tout bonnement l’exploitation des richesses et matières premières du pays « conquis » afin d’enrichir et construire le pays colonisateur.
De nos jours on parle d’une tentative de maintien de la population Noire (ironiquement issue de ces nations ayant connu l’esclavage et la colonisation) dans un état de précarité et de l’empêcher d’accéder à certains privilèges. Cela se fait en appliquant une politique de discrimination dans tous les aspects ou presque de l’économie.

 

image

Différents procédés sont appliqués mais je me pencherais plus particulièrement sur le monde du travail en donnant trois exemples significatifs.

– La discrimination à l’embauche:
• Selon un sondage du Congrès du Travail datant de Mars 2015, pas moins de 40% des employeurs ont avoué préférer accorder une entrevue et embaucher une personne dont le nom n’a pas de consonnance étrangère. Cela, à compétence, expérience et diplôme égaux.
• Dans les grosses sociétés québécoises, plus on monte dans la hiérarchie (et donc plus le salaire augmente), moins nous trouvons de Noirs à des postes-clé.

– Les écarts de rénumération:
• Malgré les politiques d’équité, les employés non-caucasiens gagnent en moyenne 19% de moins que leurs collègues Blancs.
• Une femme Noire est donc doublement discriminée; et par son sexe et par la couleur de sa peau.

– Le taux de chômage:

• En 2014, 27% des immigrants de langue francophone diplômés étaient au chômage au Québec. Pourtant, il s’agit de la tranche de population au taux de diplomation le plus élevé de la province. Cet état de fait pourrait entre autres s’expliquer par la non-reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquis à l’étranger.
• En 2013, 18% des Noirs du Québec de 2ème et 3ème génération étaient au chômage, comparativement à environ 7% de la population générale.
Ainsi, en contrôlant la croissance d’une partie de la population, on contrôle également son impact économique et donc son poids et sa pertinence au sein de la société.

image

4. Conclusion

Même si l’impact du White Privilege et de la discrimination systémique est moins visible et agressif au Québec qu’aux États-Unis, en Europe et en l’Afrique dans une certaine mesure, on ne peut l’ignorer car il est réel. Je crois qu’il est de la plus grande importance de comprendre que nous, les victimes, avons tellement intériorisé ces concepts (au point de ne presque plus les trouver problématiques) que nous perpétuons presque malgré nous les images négatives qui sont faites de nous et renforçons le manque d’estime de soi.
Nous jous targuons de vivre dans un monde de plus en plus global, connecté et inclusif et où la réussite économique est à la portée de tous, en autant qu’on y mette un peu du sien. Comment se fait-il alors qu’un Noir qui réussit reste une exception aux yeux de la société mais encore plus aux nôtres?
Pour renverser la vapeur, il est temps de faire de ces exceptions une règle et une réalité en entre autres:
– Développant la culture entrepreunariale dans notre communauté. Il existe d’autres façons de s’en sortir et de créer de la richesse en dehors de la musique et des sports
– Développant les réseaux d’entraide et de mentorat
– Mobilisant les expertises: nous sommes la population la plus diplômée du Québec!
– Développant les réseaux d’entraide économique.

image

Knowledge is Power; c’est pourquoi je crois fermement que la première chose à faire est de comprendre le système dans lequel nous évoluons et vivons afin de pouvoir non seulement le déconstruire mais également l’utiliser à notre avantage. Il y a urgence dans le besoin de cohésion et de collaboration dans les communautés Noires du Québec, travaillons ensemble et non les uns contre les autres. Le temps n’est plus aux plaintes et jérémiades mais à l’action. Soyons conscients de l’impact que nous pouvons avoir et des changements révolutionnaires que nous pouvons apporter à la société si nous devenons enfin une force économique sur laquelle il faut compter.

image

 

Mon top of the tops

Par défaut

Après les ratés, les bons coups des 2-3 dernières semaines!

5) Le trailer de Pitch Perfect 2 : J’ai A.D.O.R.É le 1er. En fait, depuis Sister Act, je suis bonne cliente pour les films/séries qui incluent des chorales de « bras-cassés » qui finissent par époustoufler tout le monde. Si en plus on y ajoute la réinterprétation de mélodies connues, je suis vendue d’avance! C’est un film sans prétention, drôle et qui fait du bien. J’ai bien hâte de le voir #FatAmyFTW

4) Le trailer de DOPE : Ce film m’a l’air d’être un vrai petit bijou. Les acteurs, les fringues, l’atmosphère coloré, l’humour. Un autre film qui s’éloigne des scénarios à la Tyler Perry et que je veux absolument voir. Je croise les doigts pour ne pas être déçue comme je l’ai été avec Dear White People…

3) AVENGERS : Des super-héros, de la bagarre, des explosions! Oui j’ai passé un bon moment! #superherocrush

avengers

2) La grogne populaire au Burundi : Même si je déplore les morts inutiles ainsi que l’entêtement du président, je suis fière de voir le peuple burundais se soulever pour exprimer son ras-le-bol. Marre des présidents africains qui pensent qu’ils doivent mourir sur le siège présidentiel ou passer le pouvoir à leurs rejetons. Il est temps que ces derniers arrêtent de se conduire en despotes et respectent la volonté de leur peuple. En plus, je suis sûre qu’en 2 mandats il a pu détourner assez d’argent pour que ses arrières-petits-enfants soient à l’abri du besoin, qu’il parte à la retraite ou en sabbatique maintenant -_-

Les mentions honorables :

  • Thessalonika Arzu-Embry future doctorante en Psychologie de l’aviation, détentrice d’une maîtrise en leadership organisationnel et en planification stratégique et d’une licence en psychologie tout ceci à 16 ans! Et moi qui me la racontait d’avoir eu mon bac à 17 ans lol #BlackExcellence
  • « Negrotown » : un sketch de Key and Peele au titre évocateur…

1) Wakaliwood : Nous avons découvert cette industrie naissante du film d’action ougandais grâce à la chaîne YT de Vice (à voir pour découvrir des sous-cultures fascinantes, dérangeantes et parfois carrément flippantes). Wakalywood c’est le symbole même du Système D à l’africaine. Tout est fait sur place, avec les moyens du bord. Un exemple fascinant : le forgeron/ébéniste du coin est celui qui conçoit les armes qui apparaissent dans les films et y tient également un rôle. Contrairement à certains films d’action issus des débuts de Nollywood (industrie du cinéma nigériane) qui étaient carrément risibles en raison de leur propension à trop en faire et à se prendre trop au sérieux, Wakaliwood fait montre d’une autodérision qui provoque de vrais fous rires à commencer par les titres super racoleurs et la musique d’ambiance (Kiss from a rose). Malgré les acteurs VRAIMENT investis dans leurs rôles c’est le VJ qui fait le film. Un VJ, en Ouganda, est une personne qui commente ce qui se passe dans le film pour ceux et celles qui ne comprennent pas l’anglais ainsi que pour les aveugles et autres malvoyants. Les commentaires sont tout simplement GÉNIAUX! Il soulève les incohérences du scénario, se moque gentiment des acteurs, fait des bruitages, commente les effets spéciaux et tout ça pendant le film. C’est comme regarder un film avec ce membre de ta famille qui ne peut s’empêcher de commenter TOUT ce qui se passe à l’écran 🙂 à tel point que les commentaires deviennent plus captivants que le film! Pour ceux et celles que ça intéresse, vous pouvez donner un coup de main à l’industrie ici et découvrir le genre Wakaliwood ici Bon visionnement! #coupdecoeur #AfricaISthefuture

Mon top of the flops

Par défaut

Nouvelle rubrique! Inspirée par la page Youtube WatchMojo.com et leurs hilarants décomptes, j’ai décidé de, chaque semaine, faire un décompte des bons coups et des moins bons sur le net, dans le monde et autour de moi. Étant donné que c’est le 1er article de la rubrique, j’ai décidé de regrouper les évènements des 2 dernières semaines qui m’ont marqués. C’est parti!

TOP OF THE FLOPS

5) Le décés de BB King : Un autre géant de la musique qui nous quitte. J’adorais sa voix rocailleuse et sa bonne humeur 🙂 #RestInPower #LetTheGoodTimesRoll

4) Le doctorat honorifique reçu par Kanye West : Dire que certains triment pendant 10 ans et s’endettent pour obtenir le leur…Alors que Mme Kanye West a posté une photo de son nouveau Docteur d’époux en ne manquant pas de souligner à quel point elle est fière de lui, un internaute a répliqué « C’est-y pas mignon! Sinon tu reçois le tien quand Kim-chérie? » (traduction libre) j’ai ri!

3) Le trailer de Jem et les Hologrammes : Une horreur! Comme je l’ai suggéré qu’ils trouvent un autre nom à ce film parce qu’il ne ressemble en RIEN au dessin-animé avec lequel j’ai grandi. La diversité ethnique et l’esprit kitsch et ancré dans l’exubérance des années 80 est ici remplacé par un groupe de jeunes adolescentes blanches qui trouvent le succès grâce à Youtube #Whitewashing. Et…OÙ SONT LES MISFITS?!?!?!?!

2) Le coup d’état manqué au Burundi : Quand est-ce que nos dirigeants africains apprendront des erreurs de leurs voisins? Quelle est cette propension à vouloir changer la constitution comme s’ils se contentaient de mettre 3 œufs dans une recette qui en suggère 2? Il me semble aussi que les coups d’état militaires ne sont pas nécessairement la solution la plus viable dans ces cas-là. Trop de pays ont vu la « transition » s’éterniser et se transformer en guerre civile et fratricide. #PrionsPourLeBurundi

Quelques mentions (dés)-honorables avant d’annoncer le grand flop :

  • La première usine de transformation de chocolat vient ENFIN d’ouvrir ses portes sur le sol ivoirien, premier exportateur de chocolat dans le monde depuis des décennies. Cette usine est dirigée et exploitée par le groupe français Cémoi. Veut-on nous faire croire qu’ils n’ont pas trouvé sur place ou dans la diaspora un ivoirien apte à diriger cette entreprise? Finalement les profits de cette entreprise reviennent à qui? La France ou la CIV? #Questions
  • Prince nous gratifie d’un concert-surprise le samedi 23 mai. J’ai poireauté devant la salle de spectacle pendant une demi-heure pour me procurer des billets et on nous a annoncé que ceux-ci se vendaient uniquement par téléphone et via Internet. #OnFaisaitCommentAvantInternet?

1)La machine Disney et son projet « Princess of North Sudan » : Bon alors déjà ils se sont un peu beaucoup foutus de notre gueule avec The Princess and the Frog : 1ère princesse Noire de Disney mais pendant 85% du dessin-animé c’est une grenouille -_-  Maintenant ils dépassent carrément les bornes en décidant d’adapter cette histoire ridicule qui s’est passée l’année dernière et qui m’a fait grincer des dents. Un père américain a tout bonnement décidé d’aller planter un drapeau – de sa confection – sur un territoire (non-revendiqué certes) compris entre le Soudan et l’Égypte et décréter qu’il s’agit du royaume de sa fille de 7 ans qui se prend pour une princesse…On en parle ou pas de son impérialisme assimilé? Il ne pouvait pas se contenter de sa cour arrière, ou d’un champ voisin pour faire ses conneries. Non, il a traversé les océans pour venir planter son drapeau en terre africaine! Néocolonisation, manque de respect notoire et complexe de supériorité à leurs meilleurs.Ce qui me tue le plus dans cette histoire c’est qu’il prétend revendiquer ce territoire désertique pour y faire pousser des plantes et y apporter de l’eau et qu’il a lancé une campagne GoFundMe pour financer son projet. Non mais, il se fout de qui?! Face au tollé soulevé par la brillante idée de Disney, ces derniers se défendent en disant que cette histoire sert simplement de prémisse à un conte qui se concentrera sur la relation père-fille…mouais bien essayé!  #boycottdisney #NimpNawak

0b6eb188d19764da895e59437cd331f3

À la prochaine pour le Top of the Tops 😉

Cachez ce s…ang qu’ils ne sauraient voir

Par défaut

C’était la « controverse » (et les guillemets sont de mise) il y a quelques semaines. Rupi Kaur, artiste torontoise multidisciplinaire a posté une photo d’elle sur Instagram qui a provoqué bien des remous. Cette photo où « elle s’est tâchée » comme on dit a été promptement bannie d’Instagram puisque selon leurs dires elle contrevenait aux règlements du site et à la bienséance.

Photo credit: Rupi Kaur

Photo credit: Rupi Kaur

Au-delà du fait que ce même site accepte et tolère des photos hypersexualisées de jeunes femmes  sans sourciller comme l’a si éloquemment souligné Rupi Kaur «I will not apologize for not feeding the ego and pride of a misogynist society that will have my body in an underwear but not be okay with a small leak when your pages are filled with countless photos/accounts where women (so many of whom are underage) are objectified, pornified, and treated less than human. Thank you. This image is a part of my photoseries project for my visual rhetoric course» (source: Rupi Kaur Tumblr) Les réactions et autres commentaires outrés et dégoûtés face à l’entêtement de l’auteur de la photo à la reposter m’ont pour le peu surprise. Je n’aurais jamais pensé qu’une tâche de règles soulèverait autant de passion!

J’ai souffert de dysménorhée (règles abondantes, longues et hyper douloureuses) pendant des années mais j’ai eu la chance, adolescente, d’être entourée d’un système de support aimant, efficace et compréhensif. Plus tard, jeune adulte, j’en parlais à mes soupirants. Je me disais qu’il valait mieux jouer carte sur table: j’étais tout sauf fonctionnelle 10 jours par mois donc ce n’était pas la peine d’en faire un secret d’état. Ça faisait tout simplement partie de moi tout comme ma mini brèche dentaire ou ce derrière qui attirait tant leur convoitise (haha!)

Meme si j’avais maintes fois entendu parler du caractère tabou et innommable qu’elles pouvaient revêtir dans certaines cultures et pour certaines personnes, c’était si loin de ma réalité et de mon vécu que je n’en saisissais pas l’ampleur. J’ai appris ma leçon à la dure: rien de tel que de pleurer de douleur à cause des crampes face à un homme stoïque et qui trouve qu’on en fait décidément trop. Rien de tel que de se faire regarder de travers parce qu’on a tâché les draps, rien de tel que de se faire ignorer, à peine effleurer et pratiquement pas adresser la parole lorsqu’on a ses règles…oui j’ai appris à la dure et ça m’a sidérée! Tout comme la controverse entourant cette photo me sidère.

Il est temps que nous apprenions à nos filles et soeurs (ainsi qu’à nos fils et frères) qu’il n’y a rien de honteux à avoir ses règles, au contraire, c’est ce qui nous rassemble en tant que Femmes, ce qui fait de nous des matrices, des créatrices de vie. En acceptant ce fait et en l’assimilant, nous aiderons également celles qui souffrent de dysménhorrée et d’endométriose à sortir de leur silence et à ne plus s’isoler dans la douleur et la honte.

Oui c’est chiant, et on s’en passerait mais, je suis presque sûre que c’est le cas pour nous toutes, c’est le seul moment où nous sommes véritablement à l’écoute de notre corps. Nous sommes alertes bien des jours avant qu’elles ne débarquent, des changement physiologiques imperceptibles pour les autres se font, on les sent poindre le bout de leur nez et on sent la douleur naître et se former avat qu’elle n’explose. Certaines d’ente nous ont même développé des techniques pour atténuer la douleur ou tout simplement minimiser l’impact négatif que les règles peuvent avoir sur leur quotidien. C’est une des rares fois que nous sommes solidaires les unes des autres, partageant remèdes, tampons et serviettes. Personnellement ça me fascine de voir à quel point pendant quelques jours, mon corps, mon âme et mon esprit ne font qu’un presque malgré moi. En tant que femmes nous sommes les seuls êtres capables d’expérimenter cela de manière aussi régulière; pas besoin de passer par la méditation, la transe, les drogues et que sais-je encore. Rien que pour ce privilège (douloureux et inconvénient certes), nous devrions cesser d’en faire un sujet tabou.

J’ai vu des choses dégueulasses, traumatisantes et carrément vomitives sur internet mais la photo d’une fille, toute habillée qui a tâché son lit et son pantalon de jogging n’en font pas partie.

La Katiolaise

A toi qui aime les soirées déguisées/thématiques

Par défaut

Entre la séparation (divorce?) d’Antonio Banderas et de Mélanie Griffith, la pétition pour que la Queen Bey passe un coup de peigne dans les cheveux de Blue (!) et la Coupe du Monde qui vient de commencer, il y a de fortes chances que cette nouvelle vous ait échappé. Des policiers de la région parisienne ont eu la brillante idée d’organiser ce qu’ils ont appelé une «Soirée Négro» pour s’amuser…les photos de la soirée qui circulent sur le web sont un ramassis de clichés à relents colonialistes-y-a-bon-banania. Voyez par vous même ici …Je sais que beaucoup de personnes n’y voient que de la maladresse, de la bêtise et tout simplement un manque de jugeotte mais, sans vouloir crier au loup, je crie tout de même au racisme. Je ne nie pas le fait qu’il puisse s’agir d’un racisme non-intentionnel n’empêche que ces photos et le concept même de la soirée thématique m’ont fait tiquer. Mon père avait coutume de dire: «Il ne suffit pas de dénoncer, il faut également en profiter pour éduquer» 

Alors, à toi jeune Blanc qui aime les soirées déguisées/thématiques, voici au moins 5 bonnes raisons pour lesquelles tu ne devrais ni y prendre part, ni en organiser

1)  C’est un manque de respect envers le peuple/ l’ethnicité que tu as décidé de singer. Je t’explique, lorsque tu décides de te «déguiser» en une autre ethnicité que la tienne, tu fais dans la caricature. Autrement dit, l’inspiration de ton accoutrement vient des préjugés que tu te fais de ladite ethnicité.

2) C’est nier les différences et subtilités qui existent dans chacun des peuples évoluant sur notre chère planète. Tous les Blancs ne sont pas blonds aux yeux bleus n’est-ce pas? Et bien, il en est de même chez les Noirs. En nous réduisant à 2-3 caractéristiques qui sont censés nous représenter dans notre ensemble, non seulement tu généralises et stéréotypes tout un peuple, mais en plus, tu perpétues des idées d’un autre siècle qui n’ont aucune raison d’avoir encore cours de nos jours

picFrame (5)

3) En parlant d’autres siècles; admettons que des films comme RACINES, AMISTAD, MISSISSIPI BURNING ou plus récemment 12 YEARS A SLAVE te soient complètement étrangers ou encore que tes profs d’histoire au collège et au lycée aient préféré faire l’impasse sur certains sujets. Toujours est-il que tu as sûrement eu vent de l’esclavage et de la colonisation. Sans vouloir donner dans la surenchère de souffrance,  tu respectes les victimes de la Shoah, les victimes des autres génocides ont également droit à ton respect, ne t’en déplaise.

slavery-450

4) En peinturlurant ton visage et en grimaçant comme un primate pour nous imiter, tu perpétues la tradition du «blackface» Spectacles, qui sous le couvert de la comédie et du divertissement était en fait un formidable objet de propagande destiné à intégrer dans la masse non seulement une image négative de l’Homme et de la Femme Noirs, mais aussi et surtout à instiller une peur de ces derniers et à renforcer la suprématie blanche. Ainsi, on nous dépeignait comme des êtres inférieurs, paresseux, voleurs, menteurs, idiots, crédules, dont il fallait se méfier etc. etc

polls_poster_blackface_4257_193870_answer_1_xlarge

5) C’est fouler des pieds les expériences et tribulations des Noirs du monde entier. Le temps d’une soirée, tu as cru bon de vouloir te glisser dans notre peau et cela t’as amusé. Par contre, je ne pense pas que tu trouverais particulièrement hilarant de vivre des micro-agressions au quotidien ou presque. Comme le résument si bien les anglophones «they wanna be n*ggas but don’t wanna be n*ggas» autrement dit «Ça veut jouer les Noirs sans en vivre l’expérience» (traduction libre)

041712-commentary-politics-swedish-minister-blackface-cake

Je pourrais te donner au moins 10 autres raisons qui devraient te pousser à y réfléchir à 2 fois avant de te lancer dans une soirée thématique  douteuse mais je m’arrêterais là. En passant, je me suis concentrée sur les Noirs mais la même règle s’applique à tous les peuples non-caucasiens…maintenant que tu sais, ne retombe pas dans ces travers. Allez sans racune! L’erreur est humaine 🙂

signé La Katiolaise©

Pourquoi je n’adhère pas à #BringBackOurGirls

Par défaut

Dans la nuit du 14 au 15 avril dernier, Boko Haram, une organisation terroriste a enlevé un peu plus de 250 jeunes filles dans la ville de Chibok, située dans l’état de Borno au nord du Nigéria. Même si ce kidnapping n’a été revendiqué par Boko Haram que le 5 mai dernier, il s’agissait d’un secret de polichinelle.

Ces derniers jours, «les zinternets» est bombardé de photos de citoyens lambdas et autres célébrités tenant une pancarte sur laquelle on peut lire #BringBackOurGirls. Alors que je ne mets pas en doute la sincérité et la véritable envie d’aider et de faire bouger les choses de certains, je ne peux m’empêcher d’en accuser beaucoup plus de suivisme. D’aucuns me diront que c’est une manière de sensibliser l’opinion publique sur un sujet qui, autrement ne serait pas ou peu couvert par les médias, ou encore que c’est une manière de révéler les atrocités des illuminés qui constituent Boko Haram. Je ne nie aucune de ces raisons, mais de vous à moi: en quoi se prendre en photo avec une pancarte aide-t-il CONCRÈTEMENT à ramener les filles chez elles saines et sauves? S’agit-il d’un réel souci du bien-être de mes soeurs ou juste de la BA de la semaine qui prouvera la conscience sociale et mondialiste de plusieurs?

Autant mon souhait le plus cher est que ces jeunes filles rentrent chez elles saines et sauves et que au point où nous en sommes, toutes les tactiques sont bonnes, autant je redoute les dérapages. Dès que j’ai vu les premières photos circuler, je n’ai pu m’empêcher de faire un parallèle avec #Kony2012. Je m’explique: encore une fois, l’Occident veut sauver la pauvre Afrique grâce aux médias sociaux. Si c’est le cas à quand #StopRapingOurGirlsandMomsInCongo? Quelle est cette manie de décider qu’une cause vaut plus la peine d’être défendue qu’une autre? En 2012, quand la chasse à l’homme pour Kony a débuté je me souviens avoir eu un débat des plus enflammés avec une «militante» du mouvement. Mon argument était que ça m’embêtait qu’un américain vienne finalement gâcher et prendre le mérite du travail que des ONG locales essaient d’abattre avec les moyens du bord et ce depuis 20 ans. Pas besoin de rappeler comment cette histoire a terminée.  Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, le dérapage n’a pas tardé à arriver. Une certaine Ramma Mosley a affirmé avant-hier qu’elle est l’instigatrice du mouvement #BringBackOurGirls et que les dons qui seront versés à son ONG Rising Girls aideront à la recherche des filles…je ne suis pas de nature violente, mais, je  l’aurais eue devant moi, je lui aurai pêté toutes les dents! Pour info, la première fois que ce fameux hashtag est apparu, c’est en date du 23 avril et c’est un avocat nigérian du nom d’Ibrahim M. Abdulahi qui l’a écrit. Il a ensuite été relayé par ses compatriotes jusqu’au point d’aboutir à de méga-manifestations dans différentes villes nigérianes afin de dénoncer la lenteur et le laxisme des autorités. Tout ceci pousse à me demander quand est-ce que les Usa et l’Occident en général cessera de voir nos malheurs comme des occasions de s’en mettre plein les poches. Il n’a jamais été question d’argent quand le mouvement #BringbackOurGirls a été lancé mais bien du cri du coeur d’un peuple qui demande que justice soit enfin faite! Quand est-ce qu’on est arrivés à une levée de fonds?! Il faut arrêter le foutage de gueule! Malheureusement la plupart des stars qui posent pour le mouvement le font en lien avec l’ONG de cette arnaqueuse de Ramma Mosley! Et puis bon Ok, ils ont posé, relayé la photo sur les réseaux sociaux…what’s next? Ce qui revient à ma thèse du début, ces photos changent-elles quoi que ce soit à la situation?

J’en entends déjà certains se dire «c’est bien beau de critiquer la Katiolaise! mais toi tu fais quoi à part t’indigner derrière ton écran? Au moins ceux qui postent #BringBackOurGirls mettent la lumière sur le problème» Si je le pouvais j’aurais embauché les Expendables au complet pour aller libérer mes soeurs. Par contre, je ne peux pas prendre part à un mouvement que je trouve biaisé, c’est contre mes principes. Je préfère relayer des infos pertinentes et reconnaître le travail immense déjà abattu par des militantes des droits des femmes, par des hommes, par des citoyens nigérians et africains. Boko Haram n’en est pas à ses premières exactions. Leur soudaine apparition sur la scène du terrorisme islamiste me laisse encore perplexe. Ils ont littéralement apparu de nulle part en 2010 et depuis, ne cessent de kidnapper, tuer, violer et faire ce que bon leur semble dans un état où l’insécurité et la corruption sont endémiques. Je n’arrive pas à comprendre que dans un état souverain, possédant un des sols les plus riches du continent africain, possédant une armée et des forces de sécurité, un groupe obscur soit à même de kidnapper plus de 200 filles! C’est dingue quand on y pense! Plus de 200 filles et PERSONNE n’arrive à les retrouver. Quid de l’impunité face à ce genre d’exactions? Depuis 2010, Boko Haram enchaîne les attentats mais personne au Nigéria ni en Afrique d’ailleurs ne semble capable ou motivé à les arrêter. Ça me fait mal de l’admettre, mais le président Jonathan est apparemment encore en train de se remettre du mariage pompeux et exhubérant de sa fille pour pouvoir se concentrer sur le sort de mes soeurs et, encore une fois, la soi-disant solidarité africaine se révèle être une fable pour endormir les enfants le soir. Ainsi, l’Occident devra nous aider à régler nos problèmes. Si cette mascarade peut effectivement aider à la libération de certaines de mes soeurs et qu’enfin Boko Haram soit considéré comme la secte dangereuse qu’elle est, pourquoi pas. Mais pour ceux qui ne l’ont pas encore compris, cette aide ne viendra pas sans conséquences pour notre continent et, quand les USA se portent volontaires pour aller «aider» un pays, on sait très bien ce que cela veut dire… A ce propos je vous propose de lire cet excellent article de Jumoke Balogun disponible ici

Je comprends le besoin de réagir face à la détresse des parents de ces jeunes filles, de s’insurger contre la condition des femmes sur le continent et de dénoncer les manquements des gouvernements africains, j’en brûle moi-même mais, de grâce arrêtez de tomber dans le piège de l’Occident qui cherche à faire passer des vessies pour des lanternes. Si vous voulez vraiment aider, savoir ce qui se passe sur place ou relayer des infos véridiques vous pouvez suivre ce compte, celui ci ou celui-là , faire des recherches pour trouver des ONG locales qui oeuvrent en ce sens ou carrément vous connecter sur le site original du mouvement ici

Chibok Girls

Manifestants à Abuja le 1er mai 2014 source: http://www.9jabook.com

La Katiolaise ©

Il ne t’a pas épousée parce que…

Par défaut

Je trompais mon ennui sur Fb, lorsque je suis tombée sur une liste de «conseils» destinés à la gent féminine. Il y en a un qui m’a particulièrement fait tiquer enervée. Il allait comme suit :

Ne dit pas : « je suis sortie avec lui durant des années et pourtant il ne m’a pas épousé »
Oui ! la relation est terminée ainsi parce que tu lui as donné tous les avantages réservés à un mari. A quoi bon acheter la vache si on a déjà suffisamment utilisé son lait ?

WAIT…WHAT?! Comme j’aime dire

Passe encore le fait qu’apparemment ces pseudos-conseils aient été rédigés par une femme( !) ou encore les fautes d’orthographe et de grammaire, il reste que: premièrement, toutes les femmes n’aspirent pas au mariage, je n’aurais de cesse de le répéter, deuxièmement il faut que quelqu’un se dévoue pour m’expliquer ENFIN ce que sont ces fameux «privilèges réservés à un mari» et troisièmement: l’analogie avec la vache! Magique! 

Et bien évidemment, c’est encore la Femme qui est montrée du doigt. Si la relation n’a pas aboutie comme elle le désirait, elle ne doit s’en prendre qu’à elle même…on en parle ou pas du patriarcat assimilé? 

Ma chérie, voici au moins 5 bonnes raisons pour lesquelles il ne t’as pas épousée:

1) Il est déjà marié! Tu es sa maîtresse, son 2ème bureau, sa petite, sa go, sa side chick appelle ça comme tu veux, toujours est-il qu’il est engagé ailleurs. Quand bien même il quitterait sa femme pour toi, tu devrais garder en tête que « façon tu viens au pouvoir, c’est comme ça tu le quittes » i.e ne t’étonnes pas qu’une autre femme te joue le même coup. #KarmaToussa

2) Tu n’es pas de la bonne nationalité/ethnie/couleur/religion. Vous serez surpris d’entendre le nombre d’incidents de la sorte qui arrivent en ce 21ème siècle. Certaines personnes sont encore assez bornées stupides pour jauger de la valeur d’une personne en fonction de ces catégories. #villageoiserie

3) Il ne t’aime pas/ ne t’as jamais aimée. Contrairement à la croyance populaire, les hommes ont autant sinon plus peur de la solitude que nous. Ça ne le dérangera pas donc d’être mal accompagné plutôt que seul. En d’autres termes, en attendant la femme «parfaite» , il se contentera de toi. Tu as beau être la fille la plus géniale que tu connaisses, l’amour est un sentiment qui ne se commande pas et le nombre des années passés ensemble n’est pas un gage de la réciprocité des sentiments.

4) Tu ne lui as jamais fait part de ton envie d’être mariée. Il faut arrêter de croire qu’en étant patiente et en laissant les années passer il comprendra de lui-même qu’il est temps qu’il fasse le grand saut. Si tu veux obtenir quelque chose d’un homme  fait-le lui savoir de manière directe et précise. Laisse tomber la subtilité et les appels de pied. Si c’est ce quil souhaite également, il accèdera à ta demande. 

5) Toutes ces réponses

 Il ne t’as pas épousée? Réjouis-toi parce que honnêtement, de toi à moi, qui veut d’un homme peureux, infidèle, malhonnête, manipulateur ou insensible comme époux? 

La Katiolaise©

 

clin-d-oeil

Guess who’s back?!

Par défaut

Coucou tout le monde!

Je vous ai manqué? Ça fait vraiment trop longtemps que je n’ai rien posté et je m’en excuse. Ces dernières semaines ont été celles du renouveau et du changement de cap 🙂 Il me fallait le temps de me réajuster. Je vous reviens très bientôt avec de nouveaux articles! Restez connectés!

La Katiolaise

tumblr_m5oig69WsI1rwmmmlo1_1280